Noël : changeons notre regard

Publié le par Garrigues et Sentiers

Noël arrive, le sapin scintille et peut-être qu'une dinde mijote... Prenons quelques instants pour essayer de changer notre regard, juste cela, juste quelques instants.

 

Le contexte de la naissance de Jésus : un pays occupé marqué par la violence de l'occupant et les réactions d'une partie du peuple (massacres de Hérode, puis du gouverneur de Syrie Varus - 2000 crucifixions !), pays où les riches, souvent liés à l'occupant, accaparent tout et où le peuple végète, beaucoup dans la misère, où les chefs religieux sont inféodés au pouvoir des puissants (et à leur argent), où les "purs" (pharisiens) méprisent les autres, un pays d'injustice et de violence. "Sépulcres blanchis" leur criera Jésus (Mt,  23, 27)! Alors le peuple attend d'un Dieu tout puissant une remise en ordre, un jugement des bons et des méchants. Et que dit notre Credo, dans notre monde actuel qui n'a rien à envier à l'Israël de l'époque ? "Je crois en Dieu tout-puissant... qui viendra juger les vivants et les morts". Il ne parle pas d'amour mais nous inculque cette idée de la toute-puissance et du jugement de Dieu (1).

 

Pour le moins la réponse est étonnante, tellement qu'on n'y fait plus attention, cela nous paraît naturel ! Dieu s'introduit chez nous comme un petit enfant sans défense, totalement impuissant : impuissance du bébé, impuissance de ses parents, gens simples et qui plus est Galiléens en déplacement en Judée, autant dire "ploucs" débarquant à la capitale. Et bien sûr, cerise sur le gâteau "il n'y avait pas de place pour eux à l'hôtel" alors que la femme va accoucher. Puis on en a en rajouté, avec la paille, l'âne et le bœuf ! C'est un conte que nous sert l'Evangile, mais qui a un sens qu'on ne peut pas occulter. Notre regard sur Dieu en est bouleversé. Changeons notre regard, exit le Dieu tout-puissant et justicier.

 

Et si cela changeait aussi notre regard sur les migrants ? Nous ne savons que faire d'eux ? Ils nous dérangent et nous ne connaissons pas les solutions ? L'auberge était pleine quand Marie s'est présentée, que faire ? Pas de solution ! Bien sûr les solutions ne sont pas simples, mais déjà nous sommes appelés, au vu de cet enfant migrant dans la crèche, à essayer de changer notre regard, rien que cela (mais cela risque de nous mener loin !). À comprendre ce que vivent ces "vagabonds", ces "indésirables", ce qu'ils désirent, à voir en eux des humains... et pourquoi pas des frères ?

 

Et si nous en profitions aussi pour changer notre regard sur notre monde, quelques instants au moins ? Y jeter un regard bienveillant ? Dans un  monde qu'on a l'habitude de dénoncer à cause de sa course à l'argent, son amour des puissants, sa fermeture aux autres, et on a bien raison, combien nombreux sont ceux qui ouvrent leur cœur ! Dans leur entourage, sans bruit, ou en lien avec d'autres. Combien d'associations, de regroupements de quelques personnes pour soutenir telle ou telle action de service ! À Aix la foire aux associations révèle un bouillonnement de bénévoles qui donnent de leur temps pour faire vivre les autres et eux avec. Le mouvement associatif en France est exceptionnel, et ce ne sont pas que des joueurs de boules, encore que, même là, on trouve des gens qui donnent de leur temps, de leur énergie, pour que d'autres puissent se distraire. Chaque paroisse chrétienne a "ses œuvres" dans lesquelles se dévouent nombre de personnes. Et les autres ne sont pas de reste !

 

Sans les associations humanitaires, les SDF, les Roms, les migrants, tous les exclus seraient à l'abandon. L'Etat méprise ce monde fait de "perdants", les simples citoyens sauvent notre humanité. La vie de citoyen exige bien des combats, on trouve toujours des gens pour y participer, pour appeler à la justice. À Aix encore, un exemple : une association s'est créée voici deux ans pour accueillir les migrants. Elle est partie de rien et a tout de suite regroupé plus de 20 associations déjà existantes et une foule d'autres personnes bénévoles. Le nombre d'associations adhérentes est monté à 30 et il y a 400 membres. Sans aucune subvention, elle a logé plus de cent migrants, seuls ou en famille, elle a accompagné ces gens, fourni le nécessaire pour qu'ils puissent vivre. Oui, la justice, la solidarité, l'amour, la charité, selon nos visions du monde, sont une réalité parmi nous. Notre monde a bien des tares, mais pendant un instant regardons aussi son autre face.

 

Alors fêtons cela à Noël et réjouissons-nous. Ce Dieu démuni, exclu, qui s'est immiscé dit-on dans nos vies a réussi quelque chose d'extraordinaire : 2000 ans après, ce qu'il a semé éclot encore et des millions de gens s'ouvrent aux autres, qu'ils se réfèrent à lui ou l'ignorent.

 

Noël est une leçon d'espérance pour ceux qui veulent voir.

 

Marc Durand

 

 

(1) Je sais, je sais. Ce texte du Credo est le résultat de nombreuses discussions qui ne furent pas toujours sereines, une sorte d'accord minimal... Et Dieu est tout puissant d'amour, et le jugement est l'appel à vivre dans l'amour de Dieu ("Venez, les bénis de mon Père"). N'empêche que les chrétiens qui, chaque dimanche, répètent ces phrases et en subissent le sens premier et courant, savent bien ce que sont sur terre la puissance et le jugement ! A moins, que, comme moi, ils se taisent sur la moitié des expressions du Credo et récitent le reste du bout des lèvres...

Publié dans Signes des temps

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Levy 27/12/2017 15:39

" ... N'empêche que les chrétiens qui, chaque dimanche, répètent ces phrases et en subissent le sens premier et courant, savent bien ce que sont sur terre la puissance et le jugement ! A moins, que, comme moi, ils se taisent sur la moitié des expressions du Credo et récitent le reste du bout des lèvres " : beaucoup de gratitude pour ce témoignage argumenté qui nous prouve que nous ne sommes pas les seuls à fermer les lèvres, ou à ne qu'à peine les entrouvrir, et pour de bonnes raisons.

Guès Christiane 26/12/2017 10:47

Sans être vraiment engagé dans un bénévolat actif ce qui est remarquable, il est toujours possible de subventionner des associations venant au secours des migrants et des réfugiés.
SOS Méditerranée, depuis plus de 2 ans, organise des sauvetages en mer Méditerranée de migrants venus de Lybie sur des embarcations de fortune. Ils sont recueillis sur l'Aquarius où docteurs et infirmières à bord leur portent les soins d'urgence. Ils sont ensuite déposés en Italie.
Voici l'adresse postale :
SOS Méditerranée BP 70062 13382 Marseille PDC
sachant qu'un canot de sauvetage coûte 30 euros – un gilet de sauvetage 50 euros – prise en charge d'une journée à bord 100 euros.
Adresse mail : contact@sosmediterranee.org

Une autre association WELCOME un réseau de JRS France « Service Jésuite des Réfugiés » 12 rue d'Assas 75000 Paris, propose hospitalité et hébergement temporaire en famille d'accueil.
Ne sont hébergés que des demandeurs d'asile célibataires en possession d'un récépissé attribué par les Préfectures en attente de la réponse de l'OFPRA (Office Français de Protection de Réfugiés et Apatrides) pour une durée limitée de 4 à 5 semaines maximum.
La famille d'accueil est déchargée du service des formalités administratives prises en charge par WELCOME
JRS est présent dans plusieurs villes : Aix-en-Provence, Marseille, Salon-de-Provence
Pour plus amples informations contacter
Michel CROC michel.croc@gmail.com
Vous pouvez devenir bénévole en tant que famille d'accueil, tuteur, animateur, répétiteur de français ou simplement vous pouvez subventionner l'association.