Face à l’école numérique

Publié le par Garrigues et Sentiers

Depuis plusieurs années, les initiatives, projets et appels pour développer « l’école numérique » prolifèrent. Les plans numériques des gouvernements prévoient des investissements importants pour équiper les écoles en tablettes et autres « objets communicants » censés résoudre la crise du système éducatif, limiter les fractures numériques et préparer les élèves à la société de demain.
Ces discours sur l’école numérique nous placent au cœur du solutionnisme technologique le plus débridé et de l’idéologie technicienne la plus aveugle. Au lieu d’être pensé comme un espace de réflexion critique où élèves et enseignants réfléchiraient au monde et à ses évolutions, l’école est d’abord considérée comme un lieu d’acculturation et d’adaptation aux nouvelles technologies numériques perçues comme inéluctables et inévitables.

Face à un tel fatalisme et à un tel déferlement aveugle, nous soutenons et relayons l’« Appel de Beauchastel contre l’école numérique », texte lucide et éclairant rédigé par un collectif d’enseignants qui a choisi le refus et la dissidence à l’égard de l’invasion des technologies numériques dans tous les espaces de nos vies.
Au lieu d’être un lieu où prolifèrent les nouvelles idéologies numériques et un espace pour diffuser les gadgets technologiques fabriqués dans des conditions plus que contestables par des multinationales prédatrices, l’école devrait être un lieu d’apprentissage d’un rapport vivant au monde, elle devrait développer les savoir-faire et diffuser les idées, favoriser l’échange et l’autonomie.
Dans les faits, face au déferlement débridé du numérique, peu importe le coût de tous ces équipements alors même que les états s’annoncent en crise, peu importe que le monde souffre déjà de surconsommation de ressources et d’énergie, de pollution généralisée et d’un accroissement spectaculaire des déchets électroniques, peu importe aussi l’épuisement des psychismes sous l’effet de l’accélération généralisée et des stratégies de captation de notre attention. Peu importe enfin que de plus en plus d’études montrent que les investissements considérables réalisés pour équiper les écoles en objets high-tech numérique n’aient aucune incidence sur la performance des élèves. Tous ces enjeux restent invisibles et impensés, noyés dans le flot continu des discours vides célébrant la révolution numérique et ses technologies.

Il revient à notre association et à tous ceux qui se retrouvent dans ces interrogations d’œuvrer à faire surgir le débat pour rendre possible d’autres trajectoires moins destructrices.

François Jarrige
Lettre d’info n° 13 de juin 2016 du site Technologos

Publié dans DOSSIER EDUCATION

Commenter cet article