Pour une laïcité fraternelle

Publié le par Garrigues et Sentiers

Le 20 janvier dernier, le Pasteur François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France et de la Conférence des responsables de culte en France, présentait ses vœux devant le Ministre de l’Intérieur et des Cultes. Faisant allusion aux critiques de membres du gouvernement contre l’observatoire de la laïcité et son président, Jean-Louis Bianco, il a souhaité une année « de paix et de concorde (…) dans le cadre d’une laïcité qui ne soit pas une laïcité sujette à des bouffées d’agressivité, y compris contre l’Observatoire de la laïcité ». Par ailleurs, il a exhorté les croyants à « réfléchir à cette incroyable charge de violence que peut contenir la religion si elle n’est pas pensée, traduite, réfléchie (…), si elle renonce à l’intelligence ou au difficile mais nécessaire exercice de l’interprétation et à celui de la lente et profonde méditation, si elle se réduit à une objurgation, à une obéissance, à une injonction, à un ordre »1.

Ces propos me semblent cerner avec beaucoup de justesse l’espace laïc. Il rejoint la compréhension qu’en donne Emmanuel Levinas : « Les institutions laïques qui placent les formes fondamentales de notre vie publique en-dehors des préoccupations métaphysiques, ne peuvent se justifier que si l’union des hommes en société, si la paix, répond elle-même à la vocation métaphysique de l’homme. Les institutions laïques ne sont possibles qu’à cause de la valeur en soi de la paix entre les hommes. (…) Cette recherche de la paix peut s’opposer à une religion, inséparable des dogmes. Mais si le particularisme d’une religion se met au service de la paix, au point que ses fidèles ressentent l’absence de cette paix comme l’absence de leur dieu (…) et ne les rendent ni tyranniques ni envahissants, mais plus ouverts et plus accueillants – la religion rejoint l’idéal de la laïcité »2.

La laïcité n’occupe pas une place qui surplomberait et toiserait toutes les langues maternelles historiques du sens et de la spiritualité. Ce serait vouloir s’affranchir de l’histoire et s’égaler à l’universel. Et finalement substituer un cléricalisme à un autre. Elle est l’espace de ce que Habermas appelle l’éthique de la discussion où chacun peut faire l’épreuve personnelle de ce à quoi il croit. En ce sens, c’est un espace spirituel.

Comme l’écrit Paul Ricœur : « Il nous faut aujourd'hui aller plus loin que les philosophes des Lumières: ne pas simplement "tolérer", "supporter" la différence, mais admettre qu'il y a de la vérité en dehors de moi, que d'autres ont accès à un autre aspect de la vérité que moi. Accepter que ma propre symbolique n'épuise pas les ressources de symbolisation du fondamental »3.

À l’être humain tenté par le court circuit entre son désir, son Éros et les représentations qu’il a reçues de sa tradition, le Mythos, la laïcité rappelle la fonction médiatrice de la raison, le Logos. C’est en cela qu’elle est un garde-fou contre les dérives sectaires et fondamentalistes des religions et contribue à les renvoyer à leur vocation fondamentale d'éveil des hommes à la spiritualité et à l'engagement dans l'universel concret de la fraternité universelle.

Bernard Ginisty

1 – François Clavairoly : discours du 20 janvier 2016 lors de la présentation des vœux de la Fédération Protestante de France, en présence de Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur et des cultes < http://www.protestants.org>.

2 – Emmanuel Levinas : La laïcité et la pensée d’Israël in Les imprévus de l’histoire, Éditions Fata Morgana, 1994, pages 181-182.

3 – Paul Ricœur : Il y a de la vérité ailleurs que chez soi, entretien avec Frédéric Lenoir publié dans L’Express du 23 juillet 1998.

Publié dans Signes des temps

Commenter cet article

Pierre Locher 31/01/2016 16:03

Bonjour à tous,

Les récentes polémiques sur la laïcité (Premier Ministre vs Observatoire de la laïcité) nous montrent que les débats ne sont pas terminés entre (au moins) deux conceptions de la laïcité, dont je me demande si elles sont conciliables.

Les uns se réfèrent à une vision issue des révolutions françaises et russes à forte connotation antireligieuse, les autres s'en remettent au texte de séparation des églises et de l'état de 1905 et mettent en avant la liberté de conscience. Les uns font de la laïcité la quatrième roue de la devise républicaine, les autres la considèrent comme un cadre juridique pour le vivre-ensemble. Les uns parlent de neutralité de l'espace public quand les autres s'en tiennent à la neutralité de l’État et de son administration...etc.

Je ne veut surtout pas relancer le débat qui me semble mal engagé, pour la simple raison qu'à peu près personne ne veut reconnaître qu'il y a bel et bien – en France – plusieurs visions de la laïcité : ouvrons les yeux et sachons l'admettre.