La résurrection : faire corps avec le Christ

Publié le par Garrigues et Sentiers

« Moi, (dit Jésus),  je le ressusciterai au dernier jour »
(Jean 6,40)

L’Évangile selon Saint Jean est celui du discours de Jésus sur ‘le pain de vie’, qui nous plonge dans une longue méditation. Nous sommes invités seuls ou en communauté à intérioriser puis à expliciter entre nous et avec tous ceux et celles qui nous interrogent les liens mystérieux entre la manducation de la Parole de Dieu, la pratique eucharistique et la Résurrection (celle du Christ et la nôtre) et le ‘petit peu somptueux et sordide’ de nos existences de pèlerins terrestres.

La foi et le baptême nous greffent dans le Corps du Ressuscité:
- Le Christ nous assume dans notre personnalité imparfaite,
- il nous donne son Esprit, créateur d’audaces et d’amour,
- il nous offre à son Père,
- il tisse des liens fraternels non seulement avec nos contemporains (la multitude et pas seulement avec le petit peuple des chrétiens) mais avec tous ceux et celles de tous les temps qui sont les ressuscités de l’Aujourd’hui de Dieu,
- il nous lie à sa force créatrice de l’univers,
- il nous récapitule tous dans la Pâque de sa Résurrection,
- il nous invite à nous renouveler sans cesse en le suivant,

- il nous convie, puisque nous sommes son corps, à être mangés par nos contemporains qui ont, comme nous, faim et soif d’éternité.

Ce que nous vivons déjà tant bien que mal, au fil des jours, dans notre « corporitude » soumise aux aléas du temps, nous sommes appelés à le vivre en totalité quand, à notre mort, nous déboucherons dans la lumière et la félicité éternelles. Déjà corps du Christ au milieu du monde, nous serons CORPS DU CHRIST dans l’éternité et notre personnalité sera totalement accomplie. Plus de limite, chacun sera lui au maximum et ensemble nous serons nous sans jalousie ni faille. « Je personne » et « nous personnes » seront Uns dans leur différence et leur totale communion. Nous serons des ‘humains ressuscités’ et pas ‘seulement des esprits rassemblés’.

Ce que j’écris ici, j’ai cru le comprendre, en entendant la parole de Jésus : ‘et moi je le ressusciterai au dernier jour’.

Il est évident que je n’en suis pas certain, je le crois, je l’espère, je le confesse, et vous qu’en dites-vous
- en vous-même
- entre vous dans vos communautés chrétiennes ?
avec ceux et celles qui ne partagent pas votre foi et vous pressent pourtant de leur dire
- un mot ou deux de l’Espérance que vous portez en vous ?

 

Christian Montfalcon

Publié dans Réflexions en chemin

Commenter cet article