Synode sur la famille : journée cruciale au Vatican

Publié le par Garrigues et Sentiers

 

Le texte de synthèse, qui évoque notamment la question des divorcés remariés, est soumis au vote des évêques.

Ce samedi après-midi, les jeux seront faits au Vatican. On saura si le pape François a gagné son pari d'emporter l'adhésion de la majorité des évêques, réunis depuis trois semaines en synode, en vue de renouveler la pastorale de l'Église catholique sur le mariage et la famille. Dont une nouvelle approche de l'épineuse question des divorcés remariés. L'an passé, lors de la première session de ce synode, les évêques n'avaient pas donné l'indispensable quitus des deux tiers des voix pour que les paragraphes sur les divorcés remariés et les personnes homosexuelles soient adoptés. Mais cette année, le texte final a été préparé avec un tel soin par une commission de rédaction intégralement nommée par le pape François – qui veut à tout prix éviter un second échec – que le document « apprécié et équilibré », selon plusieurs sources de tendances opposées, devrait, sauf surprise, passer avec succès l'examen du vote final.

Jeudi soir, les 265 votants – tous des évêques et quelques prêtres – ont reçu une première version, en italien, du projet de document final mais sans avoir… le droit de l'emporter chez eux ! Ce qui a aussitôt provoqué une bronca dans l'assemblée car la majorité des évêques ne comprenant pas l'italien, ils voulaient prendre le temps de le traduire dans la nuit pour, tout de même, savoir précisément sur quoi ils allaient voter… Le cardinal Baldisseri, organisateur du synode, a finalement cédé. Ce qui a permis aux évêques de formuler, vendredi matin, leurs remarques, qui ont été ensuite intégrées dans un texte de synthèse sur lequel ils voteront, ce samedi matin. Ce sera alors la dernière séance du synode avant la messe de clôture, dimanche matin, où l'homélie de François est très attendue.

Les derniers vrais débats, vendredi matin, ont porté sur la question du rapport entre « la conscience individuelle et la norme morale », selon le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi. Ce pourrait être la clé de voûte de la réforme voulue par le pape François. Échaudée, l'an passé, par le refus des évêques d'ouvrir une voie générale qui admettrait les divorcés remariés à la communion eucharistique, l'Église s'oriente, pas à pas, vers une approche beaucoup plus individuelle en réhabilitant le statut de la conscience personnelle face à la loi morale. Une conscience souveraine, en dernière analyse, à qui le Pape, en bon jésuite, veut redonner toute sa place sans pour autant l'opposer à la norme morale.

Mais les demandes de corrections ont aussi porté sur les paragraphes plus directement concernés par l'accès à la communion des divorcés remariés. L'idée est d'éviter «toute ambiguïté», explique un témoin. Tout l'enjeu étant effectivement de présenter un texte qui ne soit «pas de l'eau tiède», a commenté le cardinal africain Turkson, tout en rassurant les tenants de la doctrine, sans fermer la porte aux réformes. Sauf que ces réformes seront de la responsabilité du Pape, qui « seul décidera », insiste-t-on. Et non du ressort d'un synode qui, faute d'accord –pour la seconde fois – sur les points sensibles, préfère jouer l'apaisement et montrer au monde un visage uni de l'Église catholique.

Jean-Marie Guénois
pour Lefigaro.fr

Publié dans Signes des temps

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article