Pour une Église "Hors les murs"

Publié le par Garrigues et Sentiers

Dans sa Lettre hebdomadaire du 10 septembre, Témoignage Chrétien publie un entretien avec Jacques Gaillot à propos de sa rencontre avec le Pape François à Rome le 2 septembre dernier. C’est très fraternellement que François a reçu l’évêque que le Vatican, en 1995, avait démis de sa charge.

Un extrait de cet entretien me paraît particulièrement significatif pour éclairer le rapport du Chrétien avec son Église.

Rappelant l’ostracisme dont il a été victime de la part de la hiérarchie de son Église, Jacques Gaillot rapporte cet échange avec le Pape : « Je lui ai expliqué que cela faisait vingt ans que j’avais été mis dehors, exclu… Mais, en m’excluant, l’Église m’a donné un bon passeport pour aller vers les exclus ! Il a ri et a rappelé cette image de l’Apocalypse qu’il avait utilisée au Conclave avant d’être élu : "Le Christ frappe à la porte de l’Église, mais il frappe de l’intérieur ! Il veut qu’on ouvre les portes en grand ! Pour le laisser sortir ! Pour aller rencontrer le monde et l’humanité". Je lui ai répondu qu’en effet, il ne fallait pas enfermer Celui qui est venu nous libérer »1.

On ne saurait mieux dire la tentation de toute institution créée au départ pour être un outil facilitant le rapport entre un être humain et une finalité spirituelle, culturelle, économique ou politique de s’ériger peu à peu elle-même en finalité enfermant ainsi l’être humain et sa quête dans son propre fonctionnement. Chacun peut alors clamer que « hors de son Église, il n’y a pas de salut ! ».

L’Évangile ne cesse de dénoncer cette tentation des disciples de ressusciter un royaume passé érigé en idéal. Il n’est pas indiffèrent que Les Actes des Apôtres, qui constituent le premier chapitre de l’histoire des Églises chrétiennes, s’ouvre par ce malentendu persistant chez ses disciples. Nous sommes après la mort et la résurrection de Jésus qui apparaît plusieurs fois à ses disciples. Ceux-ci, après tant d’angoisses, lui demandent « Seigneur, est-ce maintenant le temps où tu vas rétablir le Royaume pour Israël ? Il leur dit : Vous n’avez pas à connaître les temps et les moments que le Père a fixés de sa propre autorité ; mais vous allez recevoir une puissance, celle du Saint-Esprit qui viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie et jusqu’aux extrémités du monde »2.

A des disciples qui croient voir enfin la concrétisation de leur plan de carrière, les derniers mots du Christ seront de les inviter à témoigner « jusqu’aux extrémités de la terre ». L’événement de la Pentecôte va se manifester par la capacité de tout être humain, quelle que soit sa langue maternelle, d’accueillir l’Esprit. La confiscation du spirituel par une caste nationaliste ou sacerdotale est abolie comme le proclame l’Apôtre Pierre dans son premier discours, citant le prophète Joël : « Je répandrai de mon Esprit sur toute chair, vos fils et vos filles seront prophètes »3.

Certes, l’histoire montre la tentation toujours recommencée des Églises de récupérer cette liberté de l’Esprit. Mais elle témoigne aussi de sa renaissance permanente malgré toux ceux qui voudraient colmater la brèche radicale ouverte par la Pâques du Christ et proclamée à la Pentecôte.

Bernard Ginisty

1 – Jacques Gaillot : L’avenir est ouvert ! Entretien avec Agnès et Jean-Baptiste Willaume in La Lettre de Témoignage Chrétien du 10 septembre 2015. <www.temoignagechretien.fr>
2 – Actes des Apôtres 1,6-8
3 – Id. 2,17

Publié dans Signes des temps

Commenter cet article

Guès Christiane 17/09/2015 12:44

L'Esprit-Saint n'a que faire de certaines lois iniques de l'institution ecclésiale. Ainsi dans le cas de Jacques Gaillot de cette loi d'excommunication, de plus employée avec un mépris évident de sa personne, l'Esprit-Saint n'a saisi que le préfixe "ex" pour l'envoyer à l'ex-térieur vers les ex-clus ouvrant ainsi les portes à une véritable Evangélisation.
L'Esprit-Saint signifie ainsi que le salut se trouve davantage hors les murs que dans les murs car on n'enferme pas l'Esprit-Saint.
Mais effectivement les disciples eux-mêmes n'avaient pas compris qu'ils devaient devenir témoins jusqu'aux ex-trémités de la terre.
"Rétablir le Royaume pour Israël" c'était aussi l'erreur de Judas mais celui-ci est allé jusqu'au bout de
son erreur en refusant ce qu'il ne comprenait pas : l'extraordinaire dimension de l'Amour du Christ
pour toute l'humanité là où était son véritable Royaume.

LEVY 17/09/2015 11:33

Sublime entretien, non pas attendu mais inespéré - ce qui était un manquement à l'espérance. Et superbe commentaire de l'extrait qui en est donné, commentaire dans lequel il me semble qu'il faut relever tout particulièrement ce rappel :
« Je répandrai de mon Esprit sur toute chair, vos fils et vos filles seront prophètes »,
et ce qui en est tiré : .
"Certes, l’histoire montre la tentation toujours recommencée des Églises de récupérer cette liberté de l’Esprit. .Mais elle témoigne aussi de sa renaissance permanente (...)".