Ésaü, Jacob… Père et prodigue !

Publié le par Garrigues et Sentiers

Genèse 33,3-4 : Jacob, sachant les torts qu’il avait causés à son frère Esaü, se prosterne sept fois avant de l’aborder... « Mais Ésaü, courant à sa rencontre, le prit dans ses bras et se jeta à son cou et l’embrassa en pleurant ».

Dans la parabole du Fils prodigue on dit (Luc 15,20) : « Il partit donc et s’en alla vers son père. Tandis qu’il était encore loin, son père l’aperçut et fut pris de pitié, il courut se jeter à son cou et l’embrassa tendrement ».

La scène est identique. Les attitudes de demande de pardon, dans les deux cas, sont réfléchies à l’avance. Le « fils prodigue » a préparé ce qu’il va dire à son père. Il s’agit de deux cadets. Il s’agit du père dans la parabole du fils prodigue, du frère dans la rencontre d’Esaü et de Jacob.

Mais celui-ci dira à son frère : « J’ai affronté ta présence comme on affronte celle de Dieu » et Dieu peut-être assimilé à un père.

 

Ésaü, Jacob… Père et prodigue !

Ésaü, Jacob… Père et prodigue !

Jacob se prosterne 7 fois. Luc reprendra cela en 17,4 : « Si sept fois le jour, il pèche contre toi et que sept fois il revienne à toi, en disant je me repens, tu lui remettras ». Pour Luc le pardon envers le frère est repris du premier testament. Pour Matthieu 18,22 : « Je ne dis pas jusqu’à sept fois mais jusqu’à soixante dix sept fois », le pardon est amplifié

Nul doute pour moi que Jésus – ou plutôt Luc – s’est inspiré de cette scène pour bâtir sa parabole du fils prodigue. Luc a enjolivé ce « Midrasch » pour en faire ressortir ce qu’il recèle de plus important.

Ainsi dans cette parabole c’est l’amour et le pardon inconditionnels du Père qu’il met en valeur.

Christiane Guès

Commenter cet article