Aïd el Kebir, Yom Kippour : l’invention de la famille

Publié le par Garrigues et Sentiers

En 2014, les Musulmans célèbrent l’Aïd el Kebir, la Fête du mouton, le dimanche 5 octobre, lendemain de la fête juive de Yom Kippour, qui tombe le 4 octobre.

Cette coïncidence se reproduira en 2015, mais il faudra ensuite attendre 2047 pour la retrouver. Elle est due au fait que Kippour est le 10 de la lune de Tichri, et l’Aïd le 10 de celle de dhou al-hijja, le dernier mois du calendrier musulman.

Selon l’interprétation courante, l’Aïd el Kebir, la Grande Fête, dite aussi Aïd el Adha, Fête du sacrifice, commémore la soumission d’Abraham (Ibrahim) à Dieu, quand il accepte d’égorger son fils (Isaac selon la Bible, Ismaël dans la tradition musulmane) et que Dieu envoie un ange (l’archange Gabriel) remplacer au dernier moment l’enfant par un bélier (Genèse 22,13). En souvenir de cette soumission totale, les Musulmans sacrifient un mouton et multiplient aumônes, cadeaux et réjouissances familiales.

Mais c’est à un autre sacrifice, celui de l’agneau pascal, que renvoie la date du 10 du mois. Le Seder de Pessa’h, les Pâques chrétiennes et la fête musulmane du Mouton, qui ont en commun d’être des fêtes familiales, perpétuent en effet chacune à leur façon le verset Exode 12,3 : « Parlez à toute la communauté d’Israël, en disant que le dix de ce mois, ils choisissent chacun un agneau par maison de pères, un agneau par maison ».

L’invention de la famille L’invention de la famille

Ce récit institue la cellule père-mère-enfant(s) comme unité de base de la société, autour du sacrifice de l’agneau pascal. Celui-ci a lieu le 10 du mois, quatre jours avant la Pleine Lune de Pessa’h (Pâque), dont il est un des trois symboles, avec le pain azyme et les herbes amères.

Dans la tradition chrétienne, ces quatre jours se perpétuent du Jeudi saint, rappel de la Cène, au Dimanche de Pâques, Résurrection du Christ.

L’Aïd-el-Kébir, qui commence le 10 du mois, mais qui se prolonge trois jours durant, est vraisemblablement la trace d’une Fête de l’agneau, célébrée le 10 de la Lune de printemps, qui serait le pendant de Yom Kippour, célébrée six mois plus tard le 10 de la Lune d’automne.

Michel-Louis Lévy
Site Internet judeopedia.org

Publié dans Signes des temps

Commenter cet article