Ah ! la vache !

Publié le par Garrigues et Sentiers

La Mère supérieure d’un couvent écossais a 96 ans.

Elle est alitée et en train de mourir.

Les religieuses sont toutes réunies autour d’elle pour prier et pour l’entourer d’attentions dans ses derniers moments.

On lui apporte un peu de lait chaud, mais elle refuse d’y goûter.

Une des religieuses rapporte le verre de lait à la cuisine et se souvient subitement qu’à Noël dernier, un pieux donateur de leur couvent a offert une belle bouteille d'un rare whisky pur malt à la communauté.

La religieuse retrouve le flacon, l’ouvre et en verse plus qu’une généreuse rasade dans le lait en train de tiédir puis retourne autour de la mourante.

Elle pose le bord du verre sur ses lèvres et tâche de les lui humecter.

La Mère Supérieure en boit quelques gouttes, puis une lampée, puis une autre, puis encore une autre, et finit par siffler tout le contenu du verre.

« Très chère Mère, demandent les religieuses affligées, à leur Supérieure, voulez-vous bien nous donner un dernier conseil avant de nous quitter ? ».

La Supérieure se redresse sur son lit, comme ressuscitée, son visage est illuminé par une joie qu’on dirait toute céleste, et elle leur répond :

« Mes Sœurs, ne vendez jamais cette vache ! »

Publié dans Fioretti

Commenter cet article

anne marie 19/09/2014 17:29

dieu a beaucoup d'humour
heureux les coeurs simples