Les tentations populistes et fondamentalistes

Publié le par Garrigues et Sentiers

Dans un récent ouvrage particulièrement éclairant, Daniel Cohen, directeur du département d’économie de l’École normale supérieure, analyse les profondes mutations qui traversent nos sociétés. Parmi les signes les plus inquiétants figure la montée des populismes qu’il analyse ainsi : « Au moment où triomphait le capitalisme débridé par la révolution conservatrice de Reagan et Thatcher, un nouveau spectre est venu hanter l’Occident : le populisme. Il a remplacé dans ce rôle le communisme. Avec l’effondrement du système soviétique, notre rapport au temps se trouve mis en crise » (1). Daniel Cohen remarque que le populisme se fonde sur une double détestation : celle des élites « en haut » et de l’immigration « en bas » censées être toutes deux responsables du désordre social. 

Le déclin de la société industrielle a accompagné la disparition du messianisme communiste, suscitant un profond ressentiment dans les classes populaires. L’auteur reprend ici les analyses de Hannah Arendt qui voit, après l’échec d’un avenir porté par une « classe » sociale, l’avènement de « masses ». Elles agrègent des individus désenchantés qui, contrairement aux classes sociales, ne sont pas unies par la conscience d’un intérêt commun. Le populisme s’appuie sur des affirmations identitaires et défend le pré carré du patrimoine et de l’héritage racial et culturel.  D’où ce constat de Daniel Cohen : « La dégradation de la vie politique actuelle évoque furieusement la manière dont Hannah Arendt avait décrit la montée du totalitarisme. La perte de repères des classes populaires, le sentiment que la société de classes, où l’on a une place, a été détruite, laissant chacun perdu au sein d’une masse déstructurée : autant d’éléments fondamentaux qui éclairent les causes de la montée du populisme contemporain (2). 

Il n’est pas indifférent que ce soit à Rome où fut signé le traité fondateur de l’Europe que Steve Bannon, artisan majeur de la campagne de Donald Trump, soit venu lancer, le 22 septembre dernier, ce qu’on pourrait appeler l’internationale des populismes et des nationalistes. Pour cela, il a annoncé le lancement d'une fondation, baptisée "Le Mouvement", destinée à organiser les différentes formations de droite radicale et à favoriser l'élection d'un groupe d'eurodéputés suffisamment fort pour bloquer l'action des forces traditionnelles. « Si je suis venu ici aujourd’hui, c’est pour vous dire que tout est inextricablement lié. Le Brexit, Trump, les élections de mars 2018 en Italie font partie d’un tout. (…) La première chose est un rejet total de ce que les élites ont imposé à la civilisation occidentale ». Par ailleurs, Steve Bannon a profité de son séjour romain pour se rapprocher de l'institut catholique Dignitatis Humanae, un centre d'études dirigé par le cardinal américain Leo Burke, l'un des principaux contradicteurs conservateurs du pape François.

Sommes-nous condamnés à osciller sans cesse entre des fuites en avant vers un avenir radieux qui n’arrive jamais et la crispation sur des « héritages » identitaires incarné par des démagogues ? La société « digitale » qui se dessine devant nous remet en cause les schémas binaires qui nous ont fait penser et vivre. Les utopies de droite et de gauche ont en commun d’avoir oublié d’interroger ces logiciels. Au moment où nos repères habituels vacillent se présente la tentation du fondamentalisme et du populisme. Timothy Radcliffe, maître général de l’Ordre dominicain de 1992 à 2001 écrit ceci : « Confrontés au vide, nous pouvons être tentés de le remplir, par des platitudes que nous croyons à demi, par des substituts du Dieu vivant. Le fondamentalisme que nous observons si souvent dans l’Église aujourd’hui est peut-être la réaction effrayée de ceux qui se sont retrouvés à l’entrée de ce désert, mais n’ont pas osé l’endurer. Le désert est un lieu de silence terrifiant, que nous essaierons peut-être de couvrir en ressortant de vieilles formules assenées avec une terrible sincérité. Mais le Seigneur nous conduit dans le désert pour nous montrer sa gloire. Aussi, dit Maître Eckhart, « Tenez bon, et ne vacillez pas devant votre vide » (3) 

Bernard Ginisty

1. Daniel COHEN, « Il faut dire que les temps ont changé… ». Chronique fiévreuse d’une mutation inquiète, éd. Albin Michel, 2018, p. 107-108.

2. Id., p. 127.

3. Timothy RADCLIFFE, Je vous appelle amiséd. La Croix-Cerf, 2000, p. 210-211.  

Publié dans Réflexions en chemin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article